Auto-école en ligne : expérience du permis moins cher

L'année dernière je me suis enfin motivée à passer le permis de conduire. A 27 ans, il était temps !

J'ai reculé cette corvée pendant très longtemps car ayant toujours habité en région Parisienne puis à présent dans Paris même, je n'en voyais pas grande utilité. Tout se fait à pied, à vélo ou en transports en communs. Le stationnement coûte un bras et je n'ai pas envie d'entretenir une voiture qui moisira sur une place de parking la majorité du temps. Maiiiiis ... comme tout le monde, j'ai cédé à la soif de liberté. Le perspective d'embarquer mes amis pour le week-end et partir à l'aventure est bien trop tentante ! Surtout que les sociétés proposant des locations de véhicules n'ont jamais été si florissantes.

J'ai obtenu mon permis de conduire il y a un peu plus d'une semaine. Champagne !

L'occasion de revenir sur l'expérience d'un apprentissage en candidat libre et d'un permis moins cher.

Passer le permis de conduire coûte cher, très cher et spécialement dans les grandes villes. Le prix peut aisément atteindre 1400 euros pour un forfait minium, c'est à dire le code et le permis avec ses 20 heures de conduite. Ces tarifs sont indécents comparativement aux zones rurales où il est bien inférieur.

En choisissant de passer mon permis à Paris, je savais que je devrais exploser la tirelire alors histoire de limiter la casse, je me suis tournée vers une alternative économique raisonnable. Les auto-écoles dématérialisées. Vous savez, ces pubs de permis moins chers que l'on voit sur les réseaux sociaux et à la TV ?

Au début, j'étais sceptique. Les sites comme "En voiture Simone", "Permis malin", "Le permis libre" ou encore "Auto-école.net" proposent un tarif défiant toute concurrence avec une somme divisée par deux. Ça semblait limite trop beau pour être vrai et je récoltais les infos avec des pincettes.


Au final, je me suis laissée convaincre par les retours des consommateurs et c'est avec Ornikar que j'ai passé le permis de conduire. Même si j'ai dû rallonger un peu (merci le COVID ! ), la somme totale est restée nettement moins chère qu'avec une auto-école classique sur Paris.




Le code

Ornikar propose de passer le code de la route pour un tarif commun aux autres auto-écoles classiques et dématérialisées, à savoir autour de 30 euros. Ce n'est pas là dessus qu'ils cassent les prix mais plutôt sur les heures de conduite.



Pour ne rien vous cacher, j'ai eu mon code en le travaillant peu sérieusement dans un premier temps. Je ne faisais qu'une ou deux sessions, quand l'envie me prenais. Il a fallu que je m'impose une date d'examen pour m'investir totalement. J'ai donné un bon coup de fouet, bûchée pendant 3 semaines et basta, c'était bouclé !


L'interface en ligne a nettement facilité les sessions de code et même si il n'y a pas d'accompagnement physique, nous ne sommes pas abandonnés pour autant. A chaque session, il est possible de formuler ses questions si incompréhension d'une situation, vidéo etc. Des conseillers certes à distance mais bien présents. Des mises en situation vidéos, des séries d'entrainements et examens blancs, des leçons explicatives... Il y a tout ce qu'il faut pour réussir et c'est rassurant.

L'examen du code de la route se réserve dans un centre agréé au choix. Certains donnent le résultat plus vite que d'autres. Par exemple, l'une de mes amies l'a passé le même jour que moi avec La Poste. Elle a dû patienter 2 heures alors qu'en l'ayant passé avec Formaterra, j'ai eu mes résultats instantanément. Tout dépend du centre mais globalement l'attente n'est pas trop longue.


Je n'étais pas partie confiante à l'examen car la veille encore, il m'arrivait de faire 5 fautes. Mais finalement, c'est passé ! Il m'a semblé que les sessions d'Ornikar étaient plus difficiles qu'au jour J. D'autres personnes issues de parcours différents et passant l'examen m'ont dit l'inverse donc je suppose que c'est une question de chance ou de méthode d'apprentissage. Mieux vaut être le plus proche possible des 0 faute en tout cas.

La conduite

Vient le moment tant attendu de tailler la route !

Avant toute chose, il nous faut choisir un formateur en réservant en ligne un premier créneau qui fera office d'évaluation. L'occasion pour lui d'appréhender le nombre d'heures qu'il semble nécessaire à l'obtention du permis de conduire et pour nous, de voir si le courant passe. C'est primordial car si la confiance n'est pas au rendez-vous, l'apprentissage en sera impacté.


J'ai adoré mon instructeur. Pédagogue, patient et dynamique. Il savait quand me booster, quand temporiser et a su être rassurant quand la situation sanitaire a mis mes nerfs à rude épreuve. Il a également été très compréhensif lorsque mes horaires de travail d'infirmière étaient changeants et compliquaient la stabilité de l'apprentissage.

Les 10 premières heures sont en sommes l'apprentissage de la mécanique. Une conduite à 100% réfléchie alors qu'elle se veut davantage autonome et instinctive. Mais c'est normal ! Ce n'est qu'autour des 15 heures environ que l'on apprend à "sortir" du véhicule et anticiper l'environnement. En tout cas, cela a été le cas pour moi.

Mais c'était sans compter l'arrivée de Covido pile poil lorsque je commençais enfin à être à l'aise. Et Bam le confinement ! 3 mois sans conduire ! Heureusement c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas et ça revient vite. J'ai tout de même dû rajouter quelques heures de conduite avant de me présenter à l'examen final.


Quand en auto-écoles classiques ce sont les formateurs qui se chargent de la paperasse de réservation du créneau d'examen (chaque auto-école à son quota de places), le candidat libre, lui doit prendre la main sur les démarches. Le délai peut-être assez long. Il nous faut s'inscrire sur la plateforme Candilib, attendre un mois avant d'être présentable (le temps de réaliser ses heures de conduite) et être réactif car les créneaux alloués aux candidats libres partent vite. Cela a été assez vite dans mon cas car checker le site de Candilib était un réflex dès que je prenais mon téléphone.


L'examen

Oulala, mais quel stress !



Même si le résultat de l'examen était favorable, mon épreuve ne s'est pas très bien déroulée. Je suis tombée sur un examinateur des plus stressant. Situations pièges, commentaires à répétition, personnage peu sympathique... Alors certes il était là afin de m'évaluer, non pas de faire pote-pote avec moi mais il ne mettait vraiment pas à l'aise. Même mon instructeur, présent à l'arrière du véhicule était inconfortable à son égard. La pression de l'examen et ses remarques critiques mis bout en bout m'ont démoralisées. J'ai fini l'examen en larmes dans la voiture de mon instructeur. Comme d'habitude, dévalorisation, pessimisme, sentiment d'échec blablabla, une vraie fontaine !

Toutes ces émotions pour au final l'obtenir. Ahah !


L'annonce des résultats a été un brin compliquée. Suite à un beug du site officiel de l'ANTS, tous les permis réalisés du 15 au 20 juillet n'ont pas été enregistrés. La poisse ! Je ne l'ai appris qu'après mettre inquiétée d'une absence de résultat après 48 heures comme il est coutume et après avoir envoyés des mails à droite et à gauche. Une annonce groupée aux candidats aurait été sympathique histoire de ne pas nous laisser mariner sans nouvelle. J'ai dû attendre mon résultat par voix postale et avec l'état sanitaire actuel, La Poste prend plus de temps ce qui fait que j'ai eu mon résultat sous 6 jours. Le stress !



Passer le permis de conduire en candidat libre a été vraiment facilitant. Plus d'indépendance et une adaptabilité à mes horaires de travail anarchiques, sans parler du coût avantageux.. Certes, nous sommes davantage dans les démarches associées au dossier qu'en auto-écoles classiques mais rien de bien compliqué. Surtout qu'Ornikar facilite grandement le processus et explique tout de A à Z.

37 vues

Posts récents

Voir tout